Depuis petite fille, je me souviens déjà combien j’appelais mon Prince de l’Amour en parlant aux arbres et au vent. Adolescente,  je plongeais dans des abîmes de chagrin d’être toujours avec des garçons absents.

L’ombre du Masculin

 

J’ai vécu l’ombre de mon masculin. Les hommes que j’ai rencontrés ont reflété mon masculin blessé : l’absence, la trahison, la disparition, la manipulation.

J’ai dispersé des morceaux de mon âme aux quatre vents. J’ai donné mon corps en pâture à des hommes que je séduisais et que je manipulais.

J’ai vécu de nombreuses histoires d’amour, toutes avec une saveur brûlante et un goût d’inachevé. Je rends grâce d’ailleurs d’avoir eu la chance de rencontrer autant « d’âmes sœurs », même si ces relations étaient profondément confrontantes.

J’ai rencontré des hommes souvent blessés eux-mêmes avec lesquels il était impossible de construire cette fameuse relation de couple et cette unité familiale tant espérée et attendue dans mes schémas de « fille » élevée dans une famille traditionnelle avec des parents unis comme pilier.

Avec mon grand Amour de jeunesse, j’ai vécu des trahisons et des infidélités qui m’ont fait traversé des déserts intérieurs.

J’ai été confrontée à la disparition d’un bien-aimé qui m’a laissé en cadeau notre fille et que j’ai dû élever seule.  J’ai vécu une relation fusionnelle et passionnelle avec un Bien-aimé que j’ai toujours vécu comme mon « double, mon jumeau » dont j’ai été follement amoureuse, avec lequel nous avons eu mon fils et dont je ne sais pas encore si les feux sont réellement éteints…

J’ai trouvé une oasis dans les bras d’un homme avec lequel j’aurais pu rester le reste de ma vie et qui m’apportait la sécurité et la joie d’une vie de famille reconstruite, tant espérée après 40 ans d’une vie sentimentale sur le chemin de la solitude et du chaos… Mais il y a 10 mois, j’ai fait le choix de le quitter, car je ne souhaitais plus la sécurité d’un amour confortable.

J’aurais pu rester avec lui, oui encore de longues années, mais quelque chose encore m’appelait plus fort, un appel mystique plus subtil, plus puissant, plus invisible, plus brûlant, cette Passion pour le Bien-Aimé intérieur, à la fois Divin et Incarné. Je ne pouvais contenir cet appel dans une relation de couple « classique » et traditionnelle.

La quête de l’Amour

 

Ma quête d’absolu a toujours été incessante, brûlante et fusionnelle. J’ai vécu de nombreuses morts initiatiques à travers mes histoires d’amour et été consumée par mes passions. Il n’y a pas une histoire qui ne m’est pas plongée dans des émotions extrêmes.

Cette quête a été chaotique, imprévisible. J’ai été girouette, caméléon, poupée à modeler selon les désirs des hommes. Je cherchais l’Amour comme une drogue, pour combler les manques, combler l’absence.

Je commence à comprendre, là où ma rencontre avec Marie-Madeleine m’amène. Très subtilement, elle m’a fait rencontrer Jésus en mon être et à conscientiser le Bien-Aimé intérieur. Depuis ma rencontre avec elle, je vis et traverse des initiations amoureuses et intérieures dans ce processus de l’Union intérieure. Depuis trois ans, tout s’est intensifié, accéléré et venu me brasser dans mes profondeurs du cœur, du ventre et mon canal.

Je sais aujourd’hui que ma quête insatiable de l’Amour se manifestait pour combler la perte et la disparition du Grand Autre. Je cherchais, à travers les hommes que je rencontrais, le Bien-Aimé : mon Bien-Aimé spirituel, mon Amant Christique, mon Adam Cosmique. Mais hélas, bien sûr, je ne le trouvais pas !

Aujourd’hui, cette quête est toujours plus actuelle, plus brûlante, plus dense. Mais enfin, je comprends qu’il faut faire de ce feu, un feu de clarté et de joie. Un feu qui m’élance, m’enthousiasme, me fait éprendre d’un homme, mais sans me consumer et m’éteindre.

Je peux faire flamber ma Passion pour Dieu dans mon corps, dans ma Chair, dans l’Amour Incarné.

Oui, aujourd’hui, je suis une femme qui a reconquis un par un tous ces pouvoirs. Pouvoir du cœur, de l’esprit et du ventre.

Enfin, je vis !

 

Bien à Vous,

LÖORA